LYNX EN DANGER : MOBILISONS-NOUS

Novembre 2012 – Sous protection totale en France, le lynx boréal reste toutefois menacé par les chasseurs et les éleveurs. One Voice rejoint le mouvement de défense de ce grand prédateur et demande, à travers une pétition, l’adoption d’un plan de conservation du félin.

Au 19ème siècle, après des années de chasse intensive, de déforestation, de diminution de ses proies, le lynx boréal avait totalement disparu des forêts françaises. Réapparu dans les Alpes et réintroduit dans les Vosges et le Jura dans les années 70-80, sa population reste fragile avec environ 200 animaux répartis sur tout le territoire. Pourtant, le lynx fait régulièrement l’objet d’une « chasse aux sorcières » de la part des éleveurs et des chasseurs qui profite de chaque occasion pour obtenir l’autorisation d’abattre les félidés.

Bouc-émissaire
Tout récemment encore, dans le Jura, un éleveur, soutenu par les chasseurs du coin, a désigné les lynx comme responsables d’attaques répétées sur un troupeau d’ovins évoluant sur une parcelle non protégée. Et ce, alors même que l’éleveur n’avait pas suivi les consignes élémentaires de protection d’un troupeau malgré les subventions reçues pour sécuriser sa parcelle située dans une enclave forestière. Si la Commission Nationale de Protection de la Nature n’avait pas rendu un avis négatif, plusieurs lynx auraient été abattus.

Maillon essentiel
Grand prédateur, le lynx est un maillon essentiel de la chaîne alimentaire. Avec sa disparition, c’est tout un équilibre qui est mis en danger. Sa forte sensibilité au cadre de vie dans lequel il évolue fait de sa présence un bon indicateur de la qualité environnementale de nos forêts. Le lynx est d’ailleurs considéré comme « espèce déterminante » dans l’élaboration des corridors biologiques.

Mal protégé
Depuis 2009, le félin est placé en « espèce en danger » par l’UICN. Et en France, le lynx bénéficie d’une « protection totale » depuis un arrêté ministériel d’avril 1981. Malgré cela, le lynx de nos forêts vit sous la menace du braconnage, des risques inhérents à la chasse, de la circulation automobile… et des accusations en tout genre. Seul un « plan de conservation du lynx boréal» serait à même, en plus des protections énoncées ci-dessus, de pérenniser sa présence dans nos massifs et forêts et de réduire les menaces. En France, il est le seul grand prédateur à ne pas en bénéficier.

Agir
One Voice s’associe à l’appel lancé par l’ONG Athénas pour demander aux autorités compétentes un plan de conservation. Dans un premier temps, une pétition est lancée pour mobiliser les citoyens et faire entendre leurs voix auprès de la Ministre de l’écologie et de l’environnement. Les lynx de France ont besoin de votre aide. Merci de signer la pétition et de la faire circuler.

 

 

Commentaires
(obligatoire)
(obligatoire)

Cliquez ici pour lire le règlement

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    BATISTA

    le 24 avril 2013 à 15h02

    CESSEZ DE MASSACRER INCONSIDÉRÉMENT LES ANIMAUX SAUVAGES DE NOMBREUSES ESPÈCES DISPARAISSENT TOUS LES ANS MAIS L HOMME CONTINUE DANS SA FOLIE DESTRUCTRICE