Il faut sauver les dauphins de Nouvelle-Zélande

Novembre 2012. Il ne reste que 55 céphalorhynques de Maui dans le monde. One Voice se mobilise auprès de Nabu International et d’autres associations pour faire pression sur la Nouvelle Zélande afin qu’elle ne laisse pas ces merveilleux cétacés disparaître.

Le plus rare de tous les dauphins
La Nouvelle-Zélande abrite une espèce unique qui ne vit nulle part ailleurs. Le céphalorhynque de Maui est le plus petit et surtout le plus rare de tous les dauphins.
Seuls 55 adultes nagent encore dans les eaux néo-zélandaises contre près d’un millier il y a un demi-siècle. Son cousin, le céphalorhynque d’Hector est également menacé avec une population passée de  30 000 individus dans les années 1970 à moins de 7 000 aujourd’hui.

Les filets responsables du déclin des dauphins
La cause de ce déclin, est à chercher du côté des méthodes de pêche et de ces milliers de filets à la dérive dans lesquels les dauphins s’emmêlent et se noient.
Environ 5 céphalorhynques de Maui meurent chaque année dans ces filets.
Or, il ne reste que 20 femelles adultes. Sachant qu’elles ne donnent naissance à un jeune que tous les 2 à 4 ans, si vous n’agissez pas rapidement pour les protéger, l’espèce va rejoindre la longue liste des espèces disparues et nous, humains, serons les seuls responsables de cette terrible perte.

Avant qu’il ne soit trop tard !
Une course contre la montre s’est engagée pour sauver ces dauphins. Car demain, il sera trop tard. La seule solution consiste à agrandir le sanctuaire marin, beaucoup trop petit et à interdire les filets dérivants et les chaluts jusqu’à une profondeur de 100 mètres dans l’aire de répartition de ces deux dauphins si nous voulons les sauver. Une motion a été proposée en ce sens par l’UICN en septembre dernier. Seule la Nouvelle-Zélande, sur un total de 117 gouvernements, a voté contre. Or tous les scientifiques sont unanimes… On ne peut pas ignorer leurs recommandations !

Agir
One Voice se joint à NABU International, à l’UICN et à la CBI pour demander à la Nouvelle-Zélande de prendre ses responsabilités et d’adopter des mesures de protection immédiates à l’encontre des céphalorhynque de Maui et d’Hector.
Ne laissons pas à nos enfants en héritage une terre privée de ces deux fabuleuses espèces !

Ouverture d’une consultation publique
Une consultation publique a  été ouverte par le gouvernement néo-zélandais, et ce, jusqu’au 22 novembre prochain. One Voice se mobilise pour que ces deux espèces de dauphins ne disparaissent pas. Vous aussi, vous pouvez agir en envoyant le courrier signé – à télécharger ici – à :

Mr le ministre David Carter : david.carter@national.org.nz
Mme la ministre  Kate Wilkinson : kate.wilkinson@national.org.nz

 

© Martin Abel/ Department Of Conservation

 

 

Commentaires
(obligatoire)
(obligatoire)

Cliquez ici pour lire le règlement

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Gayla Bonner

    le 26 janvier 2013 à 22h52

    We must protect wildlife

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Krsmanovic Yorana

    le 24 décembre 2012 à 17h16

    Sauvez les dauphins, agrandissez le sanctuaire marin.

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    herbiet

    le 20 décembre 2012 à 11h32

    sauvez-les

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Phillip Anderton

    le 4 décembre 2012 à 19h22

    Leave these fantastic creatures alone for God’s sake!

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Emilie

    le 3 décembre 2012 à 23h42

    Pas d’extermination!!!!!

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Eugenia Mixon

    le 30 novembre 2012 à 04h52

    Please do not treat dolphins inhumanely or kill them. They are very wonderful animals & the world needs them.

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Eveline Mutsaerts

    le 27 novembre 2012 à 16h27

    stop the killing!

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Jenn London

    le 27 novembre 2012 à 00h59

    Dolphins should be protected.

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Michelle Rice

    le 26 novembre 2012 à 20h43

    No dolphins should be killed.

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Catherine Victor

    le 25 novembre 2012 à 01h31

    Mr. Russell Crowe and Miss Catherine Victor appreciate the ocean, its creatures, and resources.

    Infants and children learn their first lessons of life from ocean, its creatures, and resources.

    Youth and Young Adults experience and develop recreation and re-creation from ocean, its creatures, and resources.

    Adults raise their families near and with ocean, its creatures, and resources.

    Seniors and Grandparents, Kupuna find their resting place in ocean,
    its creatures, and resources.

    We join together with the nation of Australia and New Zealand in care, love, and respect of ocean, its creatures, and resources.

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Jennifer Gaegler

    le 24 novembre 2012 à 23h41

    Disgusting practice that must end.

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Brenda Collins

    le 24 novembre 2012 à 17h43

    Save the Dolphins!

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    R.Baltz

    le 24 novembre 2012 à 13h35

    Save them!

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Katie Hall

    le 24 novembre 2012 à 12h06

    Dolphins are intelligent sentient creatures. They can feel pain and suffer. Please show them the care and compassion they need. Thank you.

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Jasna

    le 24 novembre 2012 à 09h25

    Il faut absolument proteger les dauphins, agrandissez leur sanctuaire.

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Susan Rupert

    le 24 novembre 2012 à 08h50

    Save the Dolphins!

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Jane Davidson

    le 22 novembre 2012 à 23h35

    Dolphins are extremely intelligent and sensitive. They also give us a lot fo service. We must save them.

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    natalie

    le 21 novembre 2012 à 17h38

    A l’attention de Monsieur David Carter, ministre des Industries Primaires de Nouvelle-
    Zélande
    Et de Madame Kate Wilkinson, Ministre de la conservation de Nouvelle-Zélande
    La Nouvelle Zélande abrite une espèce unique qui ne vit nulle part ailleurs, le céphalorhynque
    de Maui.
    Seuls 55 adultes nagent encore dans les eaux néo-zélandaises contre près d’un millier il y a un
    demi-siècle.
    La cause de ce déclin, est à chercher du côté des méthodes de pêche et de ces milliers de filets
    à la dérive dans lesquels les dauphins s’emmêlent et se noient.
    Environ 5 céphalorhynques de Maui meurent chaque année dans ces filets.
    Une course contre la montre s’est engagée pour sauver ces dauphins. Car demain, il sera trop
    tard.
    Les spécialistes sont tous formels : la seule solution pour les sauver consiste à agrandir le
    sanctuaire marin, beaucoup trop petit et à interdire les filets dérivants et les chaluts jusqu’à
    une profondeur de 100 mètres dans l’aire de répartition de ces deux dauphins.
    Vous avez été les seuls à voter contre la motion proposée en ce sens par l’UICN en septembre
    dernier. Or Madame, Monsieur, vous ne pouvez pas ignorer les recommandations de la
    communauté scientifique.
    One Voice se joint à NABU International, à l’UICN et à la CBI pour demander à la Nouvelle-
    Zélande de prendre ses responsabilités et d’adopter des mesures de protection immédiates à
    l’encontre des céphalorhynque de Maui et d’Hector.
    Ne laissons pas à nos enfants en héritage une terre privée de ces deux fabuleuses espèces !
    Vous avez réussi à sauver l’extraordinaire kakapo et le miro des Chatham, ne ternissez pas
    votre image en abandonnant les céphalorhynques !

  • Avatar Partager sur Facebook   Partager sur Twitter

    Jutta Nowakowska

    le 20 novembre 2012 à 22h28

    We must save the dolphins!